Un regard sur le monde qui se dévoile : nouveau,

Un rêve qui se sonde, qui s’observe, qui se vaut ?

Alors que tout revient, se pose sur les lèvres,

Douceur d’un miel perdu et d’un cœur qui s’élève.

Alors les yeux se rouvrent, éblouies de lumière,

Elle retient votre esprit, et votre corps enserre,

Pourtant la douce prison ne voudrait pas de clef,

Juste un mot, infini, douceur, éternité.

Tout ce monde dans des yeux, océan vert et bleu,

Un regard que l’on pose, que l’on garde, que l’on veut :

Tout est là, un instant, quand ses yeux dans les vôtres

Perdent le sens du temps et ne pense que notre.

Un bonheur qui s’éveille comme un monde qui se crée,

Et ses yeux comme soleil elle dessine à la craie.

Un regard, un baiser, une caresse et l’oubli,

Le monde est une merveille et la vie ressurgie.