Danse, au centre de ce monde toi qui es accroché,

Danse, et vie dans cette ronde toi qui croit avancer,

Danse, dans ce silence ou personne ne te suit,

Danse, dans cette mer ou pour toi rien ne luit.

Danse, toi l’abandonné qui dans la solitude hurle,

Danse, toi l’ermite esseulé sur qui la haine déferle,

Danse au milieu des vagues dont tu oublie la vie,

Danse au milieu des sentiments et encore sourit…

Que fais-tu dans ce corps qui semble être tient ?

Que fais-tu, roi silence, pour regarder les tiens ?

Où sont-ils les vivants que tu cherche à jamais ?

Où partent-ils si loin pour t’oublier en fait ?

Toi qui danse sur les mots pour vivre et t’y accroche,

Toi qui vie en silence dans le cœur d’une roche,

Toi qui oublie douleur qui à étreint ton cœur,

Rappelle-moi de vivre car mon âme est ta sœur.