Danse

Feu, or et ombre qui tournoient à n’en finir,
Danse et ronde qui rêve et ne veut mourir,
Espoir qui tourne et vole au son d’une valse,
Rêve qui continu alors que la musique passe.

Et le mouvement continu par le rêve,
Et le rêve revient et ne brise la trêve,
Puis le monde s’effondre, meurt et renait,
Car un autre mouvement, dans le rêve, apparait.

La danse est un phœnix dont chacun est la flamme,
La danse est un mouvement qui percute les âmes,
Flammes qui volent et rêvent, regard entre elle-deux,
Esprits qui se retiennent et danse en un même feu.

Feu qui se balance, tournoi et suit les sons,
Les flammes, toutes différentes, volent à l’unisson,
Couples qui rêvent à deux, mais du feu, suivent la vie,
Robes qui tournoient sans fin, visages qui sourient.

Les corps suivant leurs rêves, rêvent dans le même temps,
Les flammes si différentes on chacune leurs vents,
Puis la musique meurt et le concours s’éteint,
Mais le rêve et la danse, tout ceci ne prend fin.

Car dans l’œil, dans l’âme ou bien même l’esprit,
Tout continu, tout tourne, et le rêve ravit,
Danse et ronde qui rêve et qui ne veut mourir,
Feu, or et ombre qui tournoient à n’en plus finir…

Bon le poème est pas neuf ... mais il n'était pas ici. Il date d'un compétition de danse de mon frère (danse latine). J'espère que vous l'avez vue tournoyer.